___________________________________________________________________________

On commente beaucoup en ce moment la volonté du gouvernement français de réduire la vitesse sur le réseau secondaire de 90 à 80 km/h. Voici quelques éléments de réflexion :

En choc frontal, lors d’accidents réels, le taux de mortalité pour des occupants ceinturés évolue très rapidement pour atteindre 100% à 85-90 km/h, alors qu’en-dessous de 50 km/h, pour des ceinturés, le taux est extrêmement faible.

La courbe ci-dessous illustre ce taux de mortalité en fonction de la vitesse (en km/h) équivalente au mur de choc (EES ou « Equivalent Energy Speed ») pour des chocs frontaux.

Sans entrer dans des détails trop techniques, le choc contre un mur à une vitesse V est équivalent au choc frontal de deux véhicules de même masse à la même vitesse V. En effet, l’énergie se répartit alors de façon égale dans chacun des véhicules, alors que le mur refuse obstinément d’en prendre une part.

Mortalité_vs_EESCes chiffres sont tout à fait impressionnants, même si tous les accidents ne sont pas de ce type. On pourrait en déduire, pour les chocs frontaux :

  • qu’en réduisant la vitesse d'impact de 90 km/h à 80 km/h, le risque de mortalité diminuerait de 44%. Certains experts parlent même de 70% si la limitation de vitesse passe de 90 à 80 km/h et qu'elle est respectée), car ils prennent en compte d'autres paramètres :  par exemple, la vitesse d'impact est inférieure à la vitesse initiale, puisque les conducteurs réagissent, et ce d'autant plus efficacement que leur vitesse initiale est faible.
  • que, si tout le monde roulait à une vitesse maximale de 50 km/h, il n'y aurait plus aucun tué (à part bien sûr si la voiture rencontre un poids lourd, le rapport de masse étant alors très défavorable). Mais quelle galère sur la route !

Ce résultat théorique est à pondérer par le fait qu'en choc latéral par exemple, la mortalité ne baisserait pas autant car la protection est moindre.

Cette référence, bien qu'elle date de 2006, est également intéressante: info 

______________________________________________________________________________

 

On peut maintenant tenter de confronter ces données avec les statistiques en provenance de Suède :  info...  Bon, si vous n'avez pas tout compris, voici le tableau avec les titres en français :

Stat_Sue_de

Là-bas, depuis 2010, la vitesse a été abaissée de 90 à 80 km/h sur les routes, de 70 à 60 km/h aux abords des villes, à 30 km/h dans les centres villes. Sur autoroute la vitesse maximum est de 110 km/h.

Voici la courbe d’évolution du nombre de victimes, rapportée au parc automobile pour tenir compte de son augmentation et en prenant pour référence l’année 2008 :

Evolution_Suède

Les fluctuations de ces courbes, notamment en 2010 et 2011 (chute, puis remontée) sont difficiles à interpréter (y aurait-il eu par exemple un grave accident d’autocar en 2011 ?)

Globalement, on constate bien une baisse significative, mais l’évolution générale met-elle vraiment en évidence un changement depuis la mise en place des nouvelles mesures ?

A vous d’en juger, sachant qu’il faudrait aussi prendre en compte par exemple :

  • l’amélioration de la sécurité des véhicules eux-mêmes (3% des voitures peu sûres partent à la casse chaque année et sont remplacées par des voitures neuves bien plus résistantes),
  • les aménagements routiers (par exemple les glissières de sécurité etc.)

______________________________________________________________________________